Contact Us   |   Sign In   |   Register
Document de Référence: Les gestes de premier secours adaptés aux danseurs

Documents de Référence

PDFVersion PDF


Introduction

Au cours des dernières décennies, la science de la danse a développé une vaste gamme de techniques de mise en condition des danseurs et de prévention des blessures, leur permettant d’avoir un corps plus fort et d’être plus compétents que jamais. Toutefois, les attentes des chorégraphes et du public ont aussi évolué au même rythme et les danseurs finissent toujours par être confrontés à la possibilité d’une blessure à un moment ou un autre de leur carrière. Savoir réagir face à une blessure grâce à une bonne information, peut être déterminant pour assurer une bonne récupération et un retour à la danse dans de bonnes conditions. Ce document présente des stratégies à court et long à terme pour faire face rapidement aux blessures des danseurs.

Premiers soins immédiatement après une blessure aiguë

Tous les danseurs doivent se rappeler les initiales suivantes: P.R.R.R.C.C. (Protéger, Refroidir, Reposer, Relever, Comprimer et Consulter) pour réagir rapidement à une blessure en donnant les premiers soins. Leur application dans les premières minutes, puis dans les heures qui suivent la blessure, peut contribuer à contrôler l’intensité de l'inflammation et/ou de la douleur, tout en créant les conditions pour un bon retour à la danse en toute sécurité. C’est une procédure simple à suivre immédiatement après la survenue de l'accident.

  • PROTEGER: Sécuriser le lieu de l’accident et éloigner du danseur tout danger ou risque qui pourrait causer un sur accident.
  • REPOSER: Arrêter de danser et ne plus bouger la partie blessée.
  • REFROIDIR: Appliquez de la glace sur la partie blessée pendant 20 minutes toutes les deux heures.
  • RELEVER: Surélever la partie blessée au-dessus du niveau du cœur.
  • COMPRIMER: Appliquer un bandage de compression élastique sur la zone lésée.
  • CONSULTER: Les lésions aiguës devraient être soumises sans tarder à l’évaluation d’un professionnel de santé.

Éviter les complications

Dans les premiers jours après une blessure, n'oubliez pas de prévenir les complications en évitant:

  • CHALEUR: Tout type de chaleur risque d'accélérer la circulation sanguine en favorisant la formation d’un œdème et en prolongeant le temps de récupération.
  • ALCOOL: L'alcool peut également augmenter l'œdème, ce qui causerait une récupération plus longue.
  • EXERCICE PHYSIQUE (tel que courir ou tout exercice physique excessif) Reprendre trop vite l’entraînement peut causer d'autres dommages à la partie lésée. L'exercice augmente aussi le flux sanguin qui favorise l’œdème.
  • MASSAGE: Tout type de massage est susceptible d’augmenter l'œdème et les saignements dans les tissus, ce qui prolonge le temps de récupération.

Afin que les danseurs comprennent pleinement les principes ci avant, il est important de leur faire prendre conscience de la façon dont le corps réagit à une blessure.

Que se passe lorsqu'un danseur est blessé?

Quand le danseur a une blessure comme une entorse de la cheville ou une fatigue musculaire, les cellules à l’intérieur des tissus lésés sont endommagées. Pour limiter les dégâts, le corps libère un certain nombre de produits chimiques qui créent une réaction inflammatoire, pouvant générer un œdème, une rougeur, de la chaleur, une douleur et une perte de fonction. L'inflammation entraîne une accumulation des globules blancs vers les tissus blessés pour défendre le corps contre les substances nocives, se débarrasser des tissus endommagés et promouvoir la croissance de nouvelles cellules. Il est important de comprendre que l'inflammation est la réponse naturelle du corps à une blessure, c’est une phase nécessaire à la guérison. Suite à une blessure aiguë, l'objectif devrait être de contrôler - et non d'éliminer – l’inflammation pour aider à diminuer la douleur et augmenter le potentiel de fonctionnement de la zone lésée. Le schéma suivant illustre la réponse de l'organisme à une lésion qui produit les signes et symptômes suivants.

Le schéma suivant illustre la réponse de l'organisme à une lésion

Pourquoi l’application de P.R.R.R.C.C. contribue à une bonne récupération?

La mise en application de P.R.R.R.C.C. comme méthode de premiers secours immédiatement après une blessure permet de limiter l'inflammation, de calmer la douleur et peut également s’appliquer durant les soins de suite pendant la période de rééducation.

Protéger
Le danseur blessé devrait arrêter de danser et limiter tout mouvement de la partie lésée afin d'éviter toute aggravation. Si cela est nécessaire, le danseur doit être déplacé et mis en sécurité. Un support de type bandage de compression élastique, coque thermoformée et amovible, coque en fibre de verre, un bandage ou une attelle peuvent diminuer le risque de blessure supplémentaire et stabiliser la zone blessée pour permettre une cicatrisation optimale. Si à cause d’une blessure, le danseur est incapable de se tenir debout sur une jambe ou d’utiliser le membre blessé en raison de la douleur ou d’une perte de fonction musculaire, il faut consulter un médecin.

Reposer
Si la zone lésée n'est pas mise au repos, un stress continu est imposé au tissu lésé. Bien que de nombreux danseurs aient tendance à ignorer leur douleur en continuant à danser, ceci pourrait être préjudiciable à leur guérison. Un repos insuffisant peut entraîner une aggravation de l'inflammation, de la douleur ou un traumatisme complémentaire de la partie blessée, ce qui retardera le processus de guérison. En fonction de la gravité de la blessure, la mise au repos d'un danseur ne signifie pas forcement une inactivité complète. Dans certaines situations, le repos peut prévoir le déplacement de l'articulation par un mouvement sans douleur ou d'effectuer d'autres activités dans lesquelles la partie lésée n'est pas impliqué.

Seul le professionnel de santé en tenant compte des caractéristiques de la blessure est en mesure de conseiller combien de repos est approprié et de quelle manière il faut modifier les activités physiques (danse ou autre) tout en maintenant un certain type d’entraînement. Il est important de noter que le danseur doit cesser immédiatement tout exercice sur la partie du corps blessée et s’adresser immédiatement à un médecin s’il a une douleur aigüe ou inhabituelle, s’il remarque des signes de traumatismes, un œdème qui se développe de manière rapide ou excessive ou une décoloration de la peau, ou si le membre blessé a une perte motrice.

Refroidir
La cryothérapie ou thérapie par le froid, rétrécit les vaisseaux sanguins, réduisant ainsi le flux sanguin vers la zone blessée 1,2 tout en diminuant la température des tissus.3 Cela permet d'éviter l'œdème et l'accumulation anormale de liquide sous la peau tout en aidant à prévenir une sur blessure des tissus concernés.4,5,6 La cryothérapie diminue également la douleur, en ralentissant la vitesse de l'influx nerveux qui informe le cerveau de la douleur.7

Bien qu'il y ait des recherches contradictoires au sujet de combien de temps un danseur doit appliquer de la glace, une ligne directrice est d'appliquer de la glace pendant 20 minutes toutes les deux heures.4,5,6 Il est simple de se rappeler d'appliquer de la glace, disons, à 14 heures, 16 heures, 18 heures et 20 heures.

Pendant les 48 à 72 premières heures suivant une blessure aiguë, on doit utiliser exclusivement la glace et toute source de chaleur doit être évitée. La glace devrait être à une température supérieure à 0° C si elle doit être appliquée à même la peau.4,5,6 La glace concassée ou les légumes surgelés sont des solutions idéales. Si on utilise des pacs de glace chimique ou de la glace en dessous de 0° C il est important de l’envelopper dans un linge pour éviter toute brulure de la peau.4,6

Relever
Surélever le membre blessé au-dessus du niveau du cœur aide à contrôler la formation d’un œdème en augmentant le retour veineux vers le cœur et en favorisant l'élimination des déchets de la zone lésée. Un bon moment pour relever le membre c’est lorsqu’on y applique de la glace. Pour favoriser la circulation, le danseur peut continuer à surélever le membre après la fin de la cryothérapie. On peut aussi mettre en place une surélévation modérée pendant le sommeil en soulevant le pied du lit ou le matelas d’une quinzaine de centimètres.

Comprimer
Envelopper la partie du corps blessée dans un bandage de compression élastique peut aider à réduire l'œdème. Au moment de bander une blessure, appliquer le bandage de manière ajustée en tirant très légèrement sur la bande; vous devriez être capable de glisser au moins deux doigts sous le bandage une fois terminé. Il est important de ne pas couper la circulation. Si le bandage élastique est appliqué de manière trop serré, la diminution de la circulation sera ressentie par le danseur sous forme de pincements, de picotements, d'engourdissement ou de changement de couleur de la peau.

La meilleure façon d'appliquer le bandage de compression est de commencer en bas (le plus loin du cœur) et de finir en haut (le plus près du cœur) en laissant le bandage un peu plus lâche au niveau de l’œdème de manière à lui permettre de s’évacuer. Il faut utiliser une quantité égale de bandage en dessous et au dessus de la blessure sur une épaisseur équivalente à la moitié de la largeur de la bande. Ne laissez pas de peau découverte (sauf le bout des doigts et des orteils pour vérifier la couleur de peau), sinon l'œdème pourrait s'accumuler dans la zone de peau exposée. Il est démontré que le fait d’utiliser la cryothérapie et la compression ensemble permet de diminuer la température du tissu enflammé plus rapidement que ne le ferait l'utilisation de la glace seule.8

Consulter
Les professionnels de santé jouent un rôle important dans l'évaluation des blessures et dans le processus de rééducation. Toutes les lésions aiguës devraient être évaluées par des professionnels, en particulier celles impliquant une douleur importante, un œdème rapide ou une ecchymose, une perte de la fonction musculaire ou de la capacité motrice, des symptômes neurologiques, une déformation évidente, des saignements incontrôlés, un changement de l'état mental ou l'absence de progrès durant les 48 à 72 premières heures de thérapie (P.R.R.R.C.C.). Après s’être prononcé sur le diagnostic, le professionnel de santé donnera les recommandations nécessaires en vue de la guérison rapide et totale. Si nécessaire, il pourra mettre en place des mesures de protection ou demander des examens complémentaires (le plus souvent une radiographie). Il est à noter qu’un professionnel de santé familier des exigences des danseurs sera à même de mieux orienter ses conseils.

Stratégies de gestion d’un préjudice sur le long terme

Sauf indication contraire de la part du médecin, le danseur doit poursuivre une activité de base pour faciliter le processus de rééducation et le bien-être global du corps. Gardez à l'esprit que les globules blancs accélèrent la guérison, de ce fait une bonne circulation doit être maintenue tout au long de la période de rééducation. Lorsque l'inflammation initiale est terminée et que la partie blessée n’est plus rouge ou chaude au toucher, il est important que l’œdème soit réduit de sorte qu'il ne devienne pas chronique.

Réduire l'œdème

Bien qu’utilisé souvent en milieu clinique, le fait d’alterner le froid et le chaud (connu sous le nom «contraste») n'a pas prouvé son efficacité pour éliminer l’œdème sauf lorsqu'il est combiné avec d'autres stratégies. Dans cette phase il est recommandé d’alterner compression, massage doux et/ou mouvement du membre dans toute son amplitude sans susciter de douleur et l’application de glace. Ce traitement combiné, connu sous le nom cryocinèse, permet aux muscles de se contracter et de se détendre. Cette alternance a un effet stimulant sur les vaisseaux entourant la zone blessée ce qui favorise un meilleur retour veineux. Au cours de la phase de rééducation, le traitement par la glace est différent que juste après la blessure. Le danseur doit appliquer de la glace pendant 10 minutes, l'enlever et légèrement fléchir et étendre les articulations pendant 10 minutes, puis appliquer de la glace pendant 10 minutes à nouveau.9 Ce traitement va augmenter le flux sanguin vers le cœur, en éliminant progressivement l'œdème et en permettant la restauration des mouvements. Il est important de se rappeler que l'application de glace peut diminuer la production de force musculaire pour un maximum de 2 heures suivant l'application. Par conséquent, il est recommandé d'effectuer la cryocinèse après une activité physique et non pas avant.

Il est également judicieux de soulever les jambes lorsque le danseur a finit la classe ou la représentation. Pendant la danse, les forces gravitationnelles augment l'œdème des pieds et des jambes. Ce phénomène se produit qu’il y ait une blessure ou pas. Les danseurs le remarquent souvent au niveau de leurs chaussons qui sont plus serrés à la fin de la classe qu’au début. Certains médecins recommandent de surélever les jambes pendant 10 à 15 minutes après avoir dansé pour favoriser le retour veineux et diminuer l’œdème.

Restaurer la proprioception

Une lésion aigue peut changer les facultés proprioceptives communes où la prise de conscience du positionnement dans l'espace de la partie du corps blessée. Une diminution de la proprioception peut entraîner des difficultés de la planification motrice, c'est-à-dire savoir ce que chaque partie du corps doit faire pour bouger d’une certaine manière ou pour accomplir une tâche. Cela peut conduire à une difficulté à contrôler le mouvement, ou à exécuter un mouvement donné et à une diminution de la stabilité posturale et de l'équilibre. Les exercices suivants peuvent aider de manière simple à restaurer la proprioception après une blessure aux extrémités inférieures:

  1. Debout sur une jambe, les yeux fermés, aussi longtemps que possible en essayant de tenir pendant une minute. Répétez cet exercice en équilibre sur chaque jambe de 4 à 5 fois par jour.
  2. Debout sur une jambe, les yeux ouverts, sur une surface inégale (tapis de yoga plié, coussin de canapé ou rockerboard) pendant une minute sur chaque jambe. Une fois que cela est acquis, déplacer la jambe libre dans des directions différentes (c.-à-d développé en croix ou les dégagés en croix), tout en gardant l’équilibre pendant une minute sur chaque jambe. Répéter sur chaque jambe de 4 à 5 fois par jour.

Retrouver la même force, flexibilité et proprioception dans toutes les parties du corps qu’elles soient blessées ou pas est essentiel pour le processus de rééducation. Pour de plus amples renseignements, voir le document de référence de l’IADMS sur la proprioception.10

Maintenir le niveau d’entraînement

Le maintien d’une bonne santé cardiovasculaire est très important pour le danseur blessé. Garder un bon niveau de force et d’entraînement cardiovasculaire peut être un défi lorsque le danseur est immobilisé dans une botte orthopédique ou dans une coque. Si la blessure affecte un membre inférieur, le vélo ou la natation peuvent être des options pour remplacer les activités à plus fort impact comme la course. Si les extrémités inférieures sont immobilisées, les danseurs peuvent travailler leur santé cardiovasculaire en utilisant un vélo modifié pour faire travailler les membres supérieurs ou appliquer une technique de nage adaptée. En piscine, le danseur peut placer un bloc de natation entre ses chevilles et nager à la force de ses seuls bras.

Nutrition à la suite d'une blessure

Enfin, la nutrition est un élément important du processus de rééducation après une blessure aiguë. Une bonne hygiène alimentaire avec des sources d'énergie variées, y compris un bon équilibre entre les glucides, les lipides, les protéines, les oligo-éléments et un apport suffisant en eau, sont nécessaires pour faciliter la cicatrisation. Pour plus d'informations, consultez le document de l’IADMS sur la nutrition.11

Résumé

Immédiatement après la survenue d’une blessure, les danseurs peuvent utiliser la méthode P.R.R.R.C.C. pour diminuer le processus inflammatoire local et protéger la blessure avant de demander un avis médical. Pendant la récupération, il est crucial que le danseur se souvienne de porter son attention non seulement à la partie du corps blessée, mais à son corps tout entier. Il est important que le danseur puisse maintenir un entraînement cardio-vasculaire et retrouver l’équilibre, la proprioception, la force et la souplesse des membres. Pour ce faire, une bonne nutrition facilitera le processus de guérison pendant la période de rééducation de la blessure


Références

  1. Deal D, Tipton J, et al. Ice reduces edema: A study of microvascular permeability in rats. J Bone Joint Surg. 2002;84A:1573-1578.
  2. Schaser K, Vollmar B, et al. In vivo analysis of microcirculation following closed soft-tissue injury. J Orthop Res. 1999;17:678-685.
  3. Ebrall P, Moore N, et al. An investigation of the suitability of infrared telethermography to determine skin temperature changes in the human ankle during cryotherapy. Chiropract Sports Med 1989;3:111-119.
  4. Knight K, Draper D. Therapeutic Modalities: The Art and Science. Baltimore: Lippincott Williams & Wilkins, 2008, pp. 63-71, 310.
  5. Prentice W. Therapeutic Modalities for Sports Medicine and Athletic Training (6th ed). New York: McGraw Hill, 2009, pp. 25-27, 64, 371.
  6. Starkey C. Therapeutic Modalities (3rd ed). Philadelphia: F.A. Davis, 2004, pp. 112-115, 303.
  7. Algafly A, George K. The effect of cryotherapy on nerve conduction velocity, pain threshold and pain tolerance. Br J Sports Med. 2007;41:365-369.
  8. Merrick M, Knight K, et al. The effects of ice and compression wraps on intramuscular temperatures at various depths. J Athl Train. 1993;28(3):236-245.
  9. Knight K. Cryotherapy in Sports Injury Management. Champaign, IL: Human Kinetics, 1995.
  10. Batson G. Proprioception. Resource Paper. International Association for Dance Medicine & Science, 2008. Available at www.iadms.org/associations/2991/files/info/proprioception.pdf.
  11. Clarkson P. Nutrition Fact Sheet: Fueling the Dancer. International Association for Dance Medicine & Science, 2005. Available at www.iadms.org/associations/2991/files/info/dance_nutrition.pdf.

 

Écrit par: Nadia Sefcovic, D.P.T., C.O.M.T. et Brenda Critchfield, M.S., A.T.C. sous les auspices de l’Association Internationale pour la Médecine et la Science de la Danse, Education Committee.
Nadia Sefcovic is at Westside Dance Physical Therapy, New York, New York, USA
Brenda Critchfield is at University of New Mexico, Albuquerque, New Mexico, USA.
Traduit par: Cristina Braud.

Ce document peut être reproduit dans son intégralité à des fins éducatives dans la mesure où on en cite la source « International Association for Dance Medicine and Science (IADMS). »

Copyright © 2010 International Association for Dance Medicine and Science (IADMS), Nadia Sefcovic, D.P.T., C.O.M.T. and Brenda Critchfield, M.S., A.T.C.

www.iadms.org

TOP

Association Management Software Powered by YourMembership  ::  Legal