Contact Us   |   Sign In   |   Register
Document de Référence: Le défi du danseur adolescent

Documents de Référence

PDFVersion PDF


La poussée de croissance de l’adolescence se produit souvent lorsque les élèves s’engagent à devenir des danseurs professionnels et ce qui implique une intensification du rythme de leurs entraînements. La poussée de croissance, avec tous les changements physiques, psychologiques et sociaux qui en découlent, est une phase de grande vulnérabilité pour le jeune danseur. En plus de subir une fluctuation importante au niveau hormonal, l’adolescent doit faire face à l’augmentation soudaine de sa taille, ainsi qu’à une diminution considérable de sa force musculaire et de ses capacités de coordination. Ces changements énormes, qui surviennent tous plus au moins au même moment, peuvent facilement accabler les danseuses et les danseurs adolescents.

Les choix qui seront faits lors de la poussée de croissance peuvent avoir un impact profond sur le développement professionnel du danseur et sur sa santé à long terme. Les parents, les enseignants et les jeunes danseurs eux-mêmes doivent tous être conscients des points abordés ci-après ayant trait : aux changements physiologiques, aux retentissements psychologiques, aux considérations nutritionnelles et à la nécessité de modifier les entraînements.

Les changements physiologiques qui surviennent pendant la poussée de croissance de l’adolescence

Pendant la poussée de croissance, les modifications physiologiques comprennent une augmentation de la taille, de la masse corporelle, de la longueur des jambes et des bras, ainsi qu’un changement de proportion entre les membres et le tronc. Alors que le système nerveux se bat pour faire face à ces changements musculaires et squelettiques, le danseur subit des altérations de la coordination et de l’équilibre.

Les os longs des bras et des jambes grandissent avant le tronc ce qui rend la stabilité requise pendant les cours de danse difficile à maitriser. Cette croissance peut être aussi asymétrique, avec un bras qui grandit plus rapidement que l’autre. Comme les muscles ne s’allongent pas aussi rapidement que les os, la force et la flexibilité peuvent décroître. Les cartilages de conjugaison, qui se trouvent à l’extrémité des os, peuvent devenir plus vulnérables aux blessures et plus particulièrement au niveau des genoux qui sont les points d’attache de tendons puissants.

L’âge où survient la poussée de croissance, sa durée, ainsi que le rythme de croissance varient d’une personne à l’autre. La poussée de croissance se déroule habituellement à l’âge de 11 à 14 ans (parfois plus tôt pour les filles et plus tard pour les garçons) et peut durer de 18 à 24 mois. Alors que certains jeunes grandissent lentement sans presque remarquer les changements survenus, d’autres peuvent grandir d’un centimètre ou plus par mois.

Comme on peut l’imaginer, ces changements physiques complexes peuvent avoir une incidence significative sur les aptitudes à danser. Beaucoup d’élèves ressentiront une diminution globale de leurs compétences techniques et de leur capacité à contrôler le mouvement. Plus particulièrement, un jeune danseur peut remarquer une diminution de sa force et de sa flexibilité lors des étirements des jambes. Une diminution de la coordination et de l’équilibre rendront les pirouettes et les longs équilibres difficiles à réaliser. L’augmentation de la longueur des jambes par rapport à celle du tronc mettront en difficulté l’élève pour maintenir l’alignement du bassin et du torse. Enfin, plus le contrôle technique diminue plus le risque de blessure augmente.

Aspects psychologiques

Le danseur adolescent, qui doit faire face à une poussée de croissance soutenue, est confronté à des changements rapides dans son univers. La pression cumulée des fluctuations hormonales brutales et d’une diminution de ses capacités techniques peuvent transformer cette phase en un moment difficile à vivre sur le plan émotionnel. A moins d’être bien informé sur cette période de sa vie, il est probable que l’élève danseur ressente une perte de confiance vis-à-vis de sa capacité à danser combinée à une diminution de l’estime de soi, aggravée par l’impossibilité de travailler à un niveau qu’il considérait acquis. Cela peut être perçu comme une perte de talent, particulièrement quand certains de ses camarades semblent faire des progrès. Les changements physiques de gabarit et de taille peuvent également contribuer à mettre en doute la bonne image de soi du danseur confronté, dans le domaine de la danse, à une mise en valeur des physiques filiformes.

Le jeune danseur doit être informé qu’il s’agit d’un état temporaire et qu’il retrouvera toutes ses capacités antérieures dès que son corps aura retrouvé son équilibre par rapport à cette phase de croissance. Le danseur doit aussi comprendre et accepter que la poussée de croissance est un processus qui dure dans le temps jusqu’à un an et même plus. Les enseignants et les parents ont un rôle à jouer pour aider le danseur à retrouver confiance et moral en reconnaissant ses efforts, sa maturité et en lui présentant toujours une perspective positive, tout en l’encourageant à être patient.

Nutrition: Eviter la Triade de l’Athlète Féminine

Des études récentes suggèrent une corrélation entre le niveau d’exercice, la nutrition, les niveaux d’hormones, et la densité osseuse. Les danseuses adolescentes, comme toutes les jeunes femmes physiquement actives, risquent de développer la Triade de l’Athlète Féminine, un syndrome qui englobe des troubles du comportement alimentaire, une aménorrhée (absence de règles) et l’ostéoporose (perte de densité osseuse). L’encouragement à outrance d’un faible poids corporel comme condition préalable à un succès en tant que danseuse professionnelle peut engendrer des troubles alimentaires pouvant à leur tout entraîner la Triade de l’Athlètes Féminine. Ce syndrome peut avoir des conséquences à long terme sur la santé de la danseuse avec un déficit énergétique chronique ou des troubles de l’alimentation qui contribuent à l’aménorrhée, ce qui peut induire une réduction de la densité osseuse et la survenue précoce de l’ostéoporose. Les jeunes danseuses doivent être éduquées dès que possible aux bonnes habitudes alimentaires et encouragées à poursuivre un mode de vie sain afin d’améliorer et de prolonger leur carrière de danseuse.

Suggestions de modification du programme de la classe

Les enseignants peuvent tenir compte de la poussée de croissance de leurs élèves en modifiant le contenu et la structure de la classe au cas par cas, afin de la rendre moins stressante. Cette période peut être utilisée pour consolider les acquisitions techniques, accroître la sensibilité artistique, apprendre à connaître son corps et travailler les besoins individuels de chaque danseur.

Les parties de la classe qui devraient être limitées comprennent le travail d’impact tel que les sauts, le travail sur pointe sur une jambe sans le soutien de la barre, les portés difficiles dans le travail en couple, les séquences à genoux dans les classes de danse moderne et jazz et d’autres mouvements qui sont particulièrement stressants pour les genoux comme les grands pliés.

Par contre, d’autres aspects de la classe peuvent être développés. Les enseignants peuvent demander à l’élève de concentrer son attention sur le tronc et la stabilisation du bassin par des corrections posturales, de manière à encourager une meilleure prise de conscience kinesthésique. Une attention portée au contrôle postural peut avoir le double avantage de minimiser les blessures tout en ancrant de bonnes habitudes de mouvement. De même, passer du temps sur le développement de l’habileté proprioceptive, (prise de conscience de la position et du mouvement du corps dans l’espace) par des exercices simples, portera ses fruits sur le long terme. Les techniques de conditionnement du corps sont particulièrement utiles durant cette période car elles n’impliquent pas de charge pondérale et peuvent être exécutées durant la classe.

Le défi pour l’enseignant est de poursuivre la classe à l’accoutumée pour le plus grand nombre tout en l’adaptant à ceux qui sont en poussée de croissance. Les enseignants devraient encourager les élèves à modifier leur participation sur une base individuelle en leurs proposantes différentes formes de participation en classe, tels que la barre au sol et les techniques de conditionnement visant à une maîtrise musculaire plutôt qu’à une flexibilité excessive. Les enseignants devraient aussi retarder les compétitions de haut niveau ou des examens pendant ces périodes afin de diminuer la pression sur la jeune danseuse.

Soutien médical

Il est important que les jeunes danseurs puissent bénéficier d’un encadrement médical avisé durant la poussée de croissance de l’adolescence. La mise en place d’un protocole d’évaluation peut s’avérer utile afin d’identifier les problèmes et prévenir les blessures; des programmes d’entraînement personnalisés pour la prévention ou la rééducation peuvent être mis au point par des physiothérapeutes ou d’autres spécialistes de l’exercice. Les professionnels de santé devraient travailler en collaboration avec les enseignants et les élèves afin d’établir une approche multidisciplinaire. Les travaux de recherche effectués par les professionnels de la médecine et la science de la danse devraient être mis à la disposition des enseignants de danse et des élèves afin de les appliquer aux entraînements quotidiens.

Résumé

Les changements physiologiques qui découlent de la poussée de croissance de l’adolescent peuvent temporairement diminuer les performances techniques d’un danseur et accroître sa vulnérabilité aux blessures. La perte de la maîtrise technique couplée aux défis émotionnels habituels de l’adolescence peuvent entraîner un manque d’assurance et une baisse du capital confiance chez le danseur. Les danseurs adolescents devraient être encouragés à mieux connaître leur corps et les changements qui s’y opèrent durant cette phase. Il est important de les rassurer: ils retrouveront leur aptitude technique et leur capacité à progresser une fois la poussée de croissance terminée. Les enseignants ont un rôle important à jouer pour aider leurs élèves au cours de cette période de doute en proposant des adaptations flexibles et individuelles du programme de la classe et en les encourageant à prendre des habitudes nutritionnelles saines. Les parents doivent aussi être informés sur les multiples changements qui se produisent pendant la poussée de croissance de manière à créer, à la maison, un environnement favorable et encourageant pour les danseurs. Les professionnels de santé devraient travailler en collaboration avec les enseignants de danse, les élèves et leurs parents pour construire un lien entre la science et l’art de la danse.

 

Produit par: L’Association Internationale pour la Médecine et la Science de la Danse, Education Committee (Kathryn Daniels, Présidente de la Commission)
November 2000
Traduit par: Cristina Braud.

Ce document peut être reproduit dans son intégralité à des fins éducatives dans la mesure où on en cite la source « International Association for Dance Medicine and Science (IADMS). »

Copyright © 2000-2010 International Association for Dance Medicine and Science (IADMS)

www.iadms.org

TOP

Association Management Software Powered by YourMembership.com®  ::  Legal